Si une page comporte des caractères illisibles, cliquer sur ce lien

 

COMMUNISTES

 

 

Retour à l’accueil

 

N°522 Semaine du 21 au 27 août 2017

 

24 août 2017

 

 

 

L’hiver 1916-1917 en Russie

 

 

Lire

Egalement

 

 

 

 

 

Tous ensemble le 12 septembre

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

Suppression des contrats aidés :

Pas de petits profits pour Macron et ses amis capitalistes

 

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

Le Plan climat :

Vers la privatisation complète du secteur énergétique

 

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

 

Hiroshima, Nagasaki : Un crime de guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La misère s’aggravait pendant que l’opulence et la corruption régnaient à la Cour, dans l’aristocratie et la bourgeoisie. L’hiver 1916-1917 fut très rude. Il marque le sommet de la crise. A Petrograd, il n’y avait plus de viande et presque plus de farine. Une cinquantaine d’usines avaient fermé leurs portes faute de fuel et d’électricité. Les paysans pauvres réclament des terres et les minorités nationales opprimées se révoltent. Le 9 janvier, à l’occasion du 12ème anniversaire de la révolution de 1905, le nombre de grévistes, à Petrograd, s’élevait à 145.000, soit près d’un tiers de la classe ouvrière de la capitale.

Le 23 février 1917, les rassemblements de la Journée Internationale des femmes se transforment rapidement en manifestations. Ce sont d’abord les ouvrières du textile à Petrograd qui vont d’usine en usine pousser les travailleurs à se mettre en grève contre le manque de pain et contre la guerre. Le prolétariat russe se soulève et renverse le tsarisme en février.

Le 2 mars un « gouvernement provisoire » est formé en toute hâte. Composé de monarchistes notoires, de grands propriétaires terriens et d’industriels, il n’avait aucun soutien dans la capitale mais, conscient de l’énorme pouvoir concentré entre ses mains il veut l’utiliser pour restaurer la monarchie !

Le 3 avril, Lénine arrive à Petrograd et dès son arrivée fait un discours qui fait l’effet d’une bombe. Dans ses « thèses d’avril » (dont nous parlerons dans le prochain article) il explique que même les tâches bourgeoises-démocratiques- réforme agraire, renversement de l’aristocratie, abolition des vestiges féodaux et droits des nationalités – ne peuvent être accomplies que par la prise du pouvoir par la classe ouvrière, en alliance avec la paysannerie. Il se concentre alors sur la propagande du mot d’ordre : « Tout le pouvoir aux soviets ! », que les bolcheviks adoptent.

Mais le gouvernement provisoire enterre totalement ces propositions. Les conditions de la Révolution d’octobre 1917 mûrissent.

 

Lire, enregistrer et/ou imprimer cet article

au format PDF (2 pages)

Haut de Page

 

Envoyer cet article à un(e) ami (e)

 

http://www.sitecommunistes.org

 

 

Lire

Egalement

 

 

Comité National du 1er Juillet 2017 - discussion

 

 

Et

 

 

 

TRACT DE JUIN 2017

 

 

Et

 

 

 

Bureau National du 14 juin 2016 - rapport

 

 

Et

 

 

 

Journal de mai 2017

 

 

 

 

 

 

La Courtine. Des soldats russes en France, 1916 – 1917

 

Leur «moralisation » c’est ça !

 

Le grand capital international contre la révolution d’Octobre

 

Présidentielle au Rwanda

 

STX : seule solution,

la Nationalisation définitive