Si une page comporte des caractères illisibles, cliquer sur ce lien

 

COMMUNISTES

 

 

Retour à l’accueil

 

N°531 Semaine du 16 au 22 octobre 2017

 

21 octobre 2017

 

 

 

Préparation et victoire de l'insurrection armée :

La révolution triomphe

 

 

Lire

Egalement

 

 

 

 

 

Le budget 2018, avant tout

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

Août 1917 : L’échec du coup d’Etat

du général Kornilov

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

 

Renforcer les luttes, les unifier,

une exigence qui s’affirme

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

A propos de la situation en Catalogne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La lutte qui a permis la défaite du complot de la bourgeoisie pour liquider la révolution (voir l'article L'échec du coup d'état du général Kornilov) a redonné de la vigueur politique aux soviets et le 5 septembre, les soviets de Petrograd et de Moscou adoptèrent une résolution bolchevique sur la remise du pouvoir aux soviets. Cette situation était le résultat de la faillite du gouvernement provisoire et des partis de conciliation avec la bourgeoisie. Il était ainsi de plus en plus clair que la bourgeoisie au pouvoir était déjà devenue contre-révolutionnaire. La désagrégation des partis conciliateurs s'accélérait et dans la classe ouvrière, comme dans la paysannerie, les bolcheviques apparaissaient comme les plus apte à répondre aux exigences portées par la révolution ; la paix ,la terre et le pain.

Dans ces conditions, le mot d'ordre de : « tout le pouvoir aux soviets » devenait pertinent puisque les soviets s'orientaient vers la prise du pouvoir sur la base des orientations répondant aux attentes populaires. Dans les armées, au front, les mutineries marquaient le refus des soldats d'obéir aux ordres du gouvernement provisoire bourgeois, à la campagne les paysans pauvres expulsaient les propriétaires terriens et dans les usines, les ouvriers prenaient en main les affaires, de puissantes grèves se développaient dans tous le pays.

Au plan international les pays impérialiste en guerre ne pouvaient guère s'attaquer ensemble à la Russie révolutionnaire. Dans les régions périphériques de l'ex empire russe, les bourgeoisies nationales par crainte de la révolution socialiste faisait bloc avec la contre-révolution permettant aux ouvriers et paysans de mieux cerner que leurs intérêts étaient dans une lutte commune avec leurs frères de combat en Russie.

Devant cette montée des tensions entre la révolution et la contre-révolution, le gouvernement provisoire s'activait pour écraser la révolution. Seuls le prolétariat et la paysannerie pauvre pouvait sauver la révolution en prenant le pouvoir.

Le Comité Central du parti bolchevik, en présence de Lénine qui était revenu de son exil provisoire se réunit le 10 octobre et sur sa proposition pris la résolution de déclencher l'insurrection. Deux membres du Comité Central, Kamenev et Zinoviev, s'opposèrent à cette orientation. Il estimaient que la Russie n'était pas mûre pour une révolution socialiste et ils rejoignaient en cela les positions des mencheviks. C'est le centre militaire révolutionnaire du parti qui fut chargé de diriger l'insurrection, tandis que le soviet de Petrograd avait créé un comité militaire révolutionnaire. Alors que la date de l'insurrection avait été choisie, Kamenev et Zinoviev la rendirent publique.

Malgré cette trahison ,les préparatifs de l'insurrection continuèrent. Cette fois, ce fut Trotsky qui rendit un fier service aux forces de la bourgeoisie. Comme président du soviet de Petrograd, il demanda lors d'une séance que l'insurrection fut remise jusqu'à l'ouverture du IIe congrès des soviets fixée au 25 octobre. Cette déclaration permit à la bourgeoisie de se préparer et de concentre ses forces avant cette date. Lénine exigea que l'insurrection ne fut pas remise et se déclenche le 24 octobre. L'insurrection armée remporta la victoire.Lénine expliqua les raisons de ce succès de l'insurrection en soulignant que celle-ci : « doit s'appuyer sur l'élan révolutionnaire du peuple » et que « l'insurrection doit surgir à un tournant de l'histoire de la révolution ascendante où l'activité de l'avant-garde du peuple est la plus forte, où les hésitations sont les plus fortes dans les rangs de l'ennemi ». Voilà pourquoi, une seule journée avait suffi pour que la victoire des masses soit acquise.

Dans la nuit du 25 octobre, le IIe congrès des soviets adopta la résolution  sur le passage de la totalité du pouvoir aux soviets. Ils devenaient le pouvoir légal. La dictature de la bourgeoisie était renversée et la dictature du prolétariat avait été instaurée.

Au cours de cette séance historique du congrès, Lénine fit adopter le premier décret du pouvoir des soviets sur la paix, sur la base de négociations générales entre les belligérants sans annexions ni contributions. Le deuxième décret fut celui sur la terre qui stipulait que toutes les terres seigneuriales et ecclésiastiques, celles de la famille impériale passaient aux mains du peuple sans rachat. Ainsi, deux des plus grandes exigences populaires trouvaient là une réponse positive.

Le IIe congrès des soviets se termina par la formation d'un gouvernement le Sovnarkom (conseil des commissaires du peuple) avec à sa tête Lénine.

 

Lire, enregistrer et/ou imprimer cet article au format PDF (3 pages)

Haut de Page

 

Envoyer cet article à un(e) ami (e)

 

http://www.sitecommunistes.org

 

Lire

Egalement

 

 

Comité National du 23 Septembre 2017 - rapport

 

 

Et

 

 

 

Comité National du 23 septembre 2017 - discussion

 

 

Et

 

 

 

TRACT DE JUIN 2017

 

 

Et

 

 

 

Bureau National du 14 juin 2016 - rapport

 

 

Et

 

 

 

Journal de mai 2017

 

 

 

VIe congrès du parti bolchevik (26 juillet - 03 août 1917) :

vers la préparation de l’insurrection d’octobre

 

Alstom–Chantiers Navals

STX : lutter pour la nationalisation totale et

sans condition

 

Retraités : les raisons de la colère

 

Lénine : « Tout le pouvoir aux Soviets »

 

Saint Martin, l’ouragan et la misère :

Un habitant sur cinq touche le RSA