Si une page comporte des caractères illisibles, cliquer sur ce lien

 

COMMUNISTES

 

 

Retour à l’accueil

 

N°543 Semaine du 15 au 21 janvier 2018                   

 

 

Le projet de Loi de finances 2018 entérine

la programmation de la casse du logement social.

 

Lire

Egalement

 

 

 

 

Un Président aux ordres du Capital

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

Catalogne : deux nationalismes

pour une même politique anti-sociale

 

 

 

 

Et

 

 

 

 

 

Les néo-nazis dans le gouvernement autrichien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    MACRON baisse le budget des Allocations logement de manière drastique dès 2018 et sur trois ans,  après la baisse de 5 euros de l’APL par allocataire en 2017.  Cette baisse va toucher 2,5 millions de locataires HLM uniquement du service public, aux revenus modestes. Pour 2018 et 2019 les bailleurs publics subiront :  La réduction des loyers de solidarités de 800 millions d’euros - Une hausse de la TVA qui passera de 5,5% à 10 %  sur les travaux d’entretien et de construction ce qui rapportera à l’Etat 700 millions d’euros  et en 2020 la réduction des loyers de solidarités devra être de 1,5 milliard d’euros.

La réduction de versement de 1,5 milliard d’APL par l’Etat, lui permettra d’afficher une baisse de la dépense publique au détriment bien sûr du logement social et de ses locataires.

La politique de MACRON est de casser un service public de plus, après l’énergie, la santé, les transports, ……..qu’ont commencé ses prédécesseurs.

Ce montage inique, va mettre tout le secteur locatif public en sérieuse difficulté financière, 90% de ses ressources sont les loyers, avec comme conséquences :                                                                            

-Arrêt des réhabilitations des bâtiments pourtant réclamées et nécessaires pour les économies d’énergie.                                                                                                                                       

 -Diminution importante de l’entretien des parcs locatifs.                                                             

 -Arrêt de constructions de nouveaux logements à loyer abordable ou accessible à la propriété.

Ces mesures vont avoir des répercussions néfastes sur l’avenir du parc locatif public, le gouvernement veut faire la part belle au privé.

Les bailleurs publics pour essayer de subsister vont être contraints : soit de fusionner pour faire des économies d’échelle (au détriment des emplois) - soit de vendre une part de leur patrimoine.

Le gouvernement a déjà prévu la vente de 40 000 logements par an à leur locataire par l’entremise d’une société spécialisée qui est l’organisme « ACTION LOGEMENT » (qui perçoit le 1% logement versé par les entreprises) et dont le président Jacques CHANUT n’est autre que le président de la fédération française du bâtiment. Ce transfert, sera  entre les mains du MEDEF

 

 

Haut de Page

 

 

http://www.sitecommunistes.org

 

 

Lire

Egalement

 

 

Comité National du 9 décembre 2017 - rapport

 

 

Et

 

 

 

Bureau National du 18 octobre 2017 - rapport

 

 

Et

 

 

 

TRACT DE 11 /2017

 

 

 

 

Solidarité et action avec le peuple palestinien

 

La politique Africaine de la France - rapport

 

Guerre déclarée au SMIC et à tous les salaires

 

Macron livre le système de santé au capitalisme

 

Quelle égalité pour les femmes ?