frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Rubrique internationale: Suède, Finlande, Ukraine, Colombie, Grèce

767-03/05/2022 Suède: le Parti Communiste de Suède dit non à l'adhésion à l'OTAN: Dans une déclaration récente, le secrétaire général du Comité Central du Parti communiste de Suède (SKP), Andreas Sörensen, donne le point de vue des

communistes suèdois à propos de l'adhésion de son pays à l'OTAN qui comme la Finlande souhaitent abandonner son statut de neutralité au profit d'un ralliement à l'alliance atlantique.
Tout d'abord Andreas Sörensen note que le pouvoir suèdois utilise: "l'invasion impérialiste de l'Ukraine comme prétexte". Il souligne que le travail politique pour faire basculer l'opinion publique a commencé bien avant cette invasion.
Concernant le rôle de la social-démocratie suédoise dans cette bataille pour l'adhésion, Andreas Sörensen déclare : "La position de la social-démocratie suédoise est cruciale. Contrairement à d'autres pays, la social-démocratie n'a pas encore été éradiquée en Suède et joue toujours un rôle essentiel dans le maintien du capitalisme suédois. La social-démocratie contrôle toujours le mouvement ouvrier en général et les syndicats en particulier, contrôlant ainsi toute opposition des travailleurs".
Contrairement aux sociaux-démocrates et aux forces politiques bourgeoises, le Parti communiste de Suède s'oppose à l'adhésion de la Suède à l'OTAN : " Nous considérons l'OTAN comme une alliance impérialiste parmi d'autres, bien que la plus forte à l'heure actuelle. Dominée par la bourgeoisie des Etats-Unis, elle représente également les intérêts de la bourgeoisie des autres nations membres. Il s'agit d'une organisation de lutte contre les autres blocs impérialistes".
Concernant les raisons qui poussent les forces dirigeantes de la Suède à cette adhésion, Andreas Sörensen écrit: " L'éventuelle adhésion de la Suède à cette alliance est le reflet du renforcement du capitalisme suédois par rapport à ses concurrents - la bourgeoisie suédoise a besoin de défendre ses investissements à l'étranger et de sécuriser ses routes commerciales. Une adhésion de la Suède entraînerait donc une utilisation accrue de soldats et d'armes suédois dans la lutte de la bourgeoisie suédoise contre ses concurrents et pour les intérêts communs du bloc impérialiste OTAN-UE-USA".
Il conclut en rappelant l'opposition de fond des communistes suèdois au système capitaliste :"nous nous opposons au système en tant que tel et en tant que communistes, nous ne pouvons jamais choisir un camp dans la lutte entre bandits".

Finlande: les communistes de la région d'Helsinki contre l'adhésion à l'OTAN
Dans une déclaration adoptée le 25 avril, les communistes du district d'Helsinki se sont prononcés contre l'adhésion de la Finlande à l'OTAN. Après avoir qualifié et condamné la guerre menée par la Fédération de Russie en Ukraine, ils déclarent : "L'adhésion de la Finlande à l'OTAN n'apportera pas plus de stabilité dans la région, mais plus de tension. Transformer la frontière orientale de la Finlande en une frontière entre l'OTAN et la Russie amènerait ici davantage de forces armées et d'activités militaires. Il y aurait aussi des risques accrus, puisqu'il s'agit de domaines importants pour la Russie, comme les grands arsenaux nucléaires de Kola et les liaisons maritimes avec Saint-Pétersbourg...L'élargissement de l'OTAN à la Finlande, et avec elle peut-être à la Suède, n'aidera pas non plus à mettre fin à la guerre en Ukraine...En tant que membre de l'OTAN, la Finlande serait entraînée dans les conflits des États-Unis et de l'OTAN auxquels nous pourrions autrement rester en dehors et dont, en tant que pays non aligné, nous pourrions contribuer à la médiation. On sait déjà qu'en tant que membre, la Finlande serait impliquée dans les plans stratégiques de l'OTAN pour les États baltes. Comme l'indique le rapport du gouvernement, la défense commune de l'OTAN repose en définitive sur la capacité militaire et la dissuasion nucléaire des États-Unis. Nous ne croyons pas à une sécurité basée sur les armes, et surtout pas sur les armes nucléaires. Au contraire, nous devons œuvrer au désarmement et à l'interdiction des armes nucléaires. En tant que membre de l'OTAN, la Finlande serait également attachée à la stratégie de l'OTAN élaborée sous la direction des États-Unis, qui comprend les armes nucléaires, la volonté d'utiliser la force militaire sans mandat de l'ONU, le déploiement de troupes de l'OTAN aux frontières contre La Russie et l'armement aussi contre la Chine. Ce serait une erreur historique".

Ukraine: Détourner le drapeau rouge pour justifier l'invasion
À l'approche du 9 mai, date sacrée des peuples de l'URSS dans leur lutte contre le nazisme et qui concrétise son écrasement après des sacrifices inouïs, la bourgeoisie russe issue de l'effondrement de l'URSS du pillage de la propriété publique, utilise le drapeau rouge pour profiter des sentiments antifascistes et prosoviétiques du peuple russe. Ainsi, dans les zones occupées par l'armée russe en Ukraine, le drapeau rouge de la Victoire de l'armée rouge, celui qui flottait au sommet du Reichstag en 1945 est hissé. Dans le sens de ce détournement, le PC de la Fédération de Russie (PCRF) est allé encore plus loin. Il a présenté un projet de loi visant à remplacer l'actuel drapeau tricolore de la Russie, le drapeau des tsars et du traître Vlasov, collaborateur nazi de la Seconde Guerre mondiale, par le drapeau rouge. Pour qualifier cette usurpation, le journal Ritzospastis organe du Comité Central du Parti Communiste de Grèce interroge dans son édition du 23 avril: " Nous nous demandons, dans le cas improbable où ce projet de loi serait adopté, si les usines, les mines de charbon, les banques et les champs pétrolifères cesseront-ils d'appartenir à ces sangsues qui vivent dans des palais et des yachts ? Le peuple russe cessera-t-il de payer pour la santé, l'éducation et les autres besoins sociaux qui sont des marchandises ? La Russie capitaliste cessera-t-elle d'avoir le cinquième plus grand nombre de milliardaires au monde ? Va-t-elle changer la position qu'elle occupe, qui est l'une des pires au monde, en termes d'inégalité entre les riches et les pauvres ? Les moyens de production deviendront-ils la propriété du peuple sans une révolution socialiste préalable ? La guerre en Ukraine cessera-t-elle d'être impérialiste?  Cessera-t-elle d'être menée pour les intérêts des monopoles, des matières premières, des piliers géopolitiques et des parts de marché ? Va-t-il cesser d'être injuste et criminel des deux côtés? On pourrait continuer les questions rhétoriques, auxquelles la réponse est NON".

Colombie :
Notre parti, informé par le Parti Communiste du Venezuela condamne le massacre d’Arauca contre plusieurs civils, dont quatre enfants, et où le dirigeant communal du Parti communiste colombien Wilmer Hernandez a été ignoblement assassiné. L’extermination des leaders populaires et la criminalisation des luttes pour la paix et la défense des droits de l’homme continuent en Colombie. Selon les données de différentes organisations, de janvier 2022 à ce jour, la violence réactionnaire a coûté la vie à 58 leaders sociaux colombiens. Le boycott appliqué par le gouvernement colombien à l’accomplissement intégral des accords de paix (avec les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie -FARC-), le rend directement responsable de cette vague de crimes et d’extermination contre le mouvement populaire. Nous exigeons justice pour le camarade Wilmer Hernandez et pour toutes les victimes du massacre d’Arauca. Nous exigeons la fin de l’extermination des leaders populaires en Colombie. Nous adressons au Parti communiste colombien et aux proches du camarade Wilmer Hernandez notre message de condoléances et toute notre solidarité.

Grèce: Manifestations et grève contre la vie chère
Les services publics, les transports maritimes, ferroviaires et urbains, ainsi qu'une majorité des entreprises privées de Grèce tournaient au ralenti ou étaient même paralysées lundi en raison d'une grève générale de 24 heures à l'appel des syndicats du privé et du public pour protester contre la flambée des prix. A l'instar d'autres pays européens, la Grèce est confrontée à une flambée des prix depuis l'année dernière et surtout depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Imprimer cet article