Si une page comporte des caractères illisibles, cliquer sur ce lien

 

Parti Révolutionnaire Communistes

 

 

HEBDO

CATEGORIES

DOCUMENTS

JOURNAUX

 

INTERNATIONAL

EDUCATION

COMMUNISTES

 

                          Retour à l’accueil

 

              N°590 Semaine du 10 décembre au 16 décembre 2018      

 

12 décembre 2018

 

Rapport au Bureau National du 12 décembre 2018.

Du côté des partis politiques

imprimer

 

dont l’opportunisme n’est plus à démontrer, Marine Le Pen se sent des ailes lui pousser partout en dirigeant en sous-main un mouvement qu’elle peut utiliser pour apparaitre comme un recours au pouvoir actuel. En demandant la dissolution de l’Assemblée nationale, elle vient au secours de la politique actuelle.

Mélenchon affirme  que pour sortir de la situation il n’y a qu’un seul moyen : retourner aux urnes. Voilà une proposition révolutionnaire ! ! Surtout lorsque l’on sait ce que chaque dissolution a apporté au peuple au cours de son histoire. Aucun appel à la lutte anticapitaliste, le sujet est soigneusement évité, et pour cause, ils en sont les serviteurs.

Cette recomposition politique de la société française propulsée à la faveur des « gilets jaunes » n’a qu’un but : poursuivre et développer la politique en cours en maîtrisant le mécontentement qu’elle génère.

Le fond politique reste le même :

      Du point de vue social, poursuite de la baisse du « coût du travail », disparition des acquis sociaux, appelés « réformes ».

      Du point de vue économique, faire disparaître, délocaliser toutes activités jugées non rentables.

      Du point de vue politique, recomposer les forces politiques, trouver la meilleure voie possible à l’association capital-travail. Tous les outils de propagande qui sont rappelons-le détenue à 95 % par les multinationales sont mises en œuvre pour y parvenir.

Les événements qui ont lieu depuis un mois, sont relayés de manière quasi continue par l’ensemble des médias pour permettre au pouvoir de mettre en avant la violence de ceux qui luttent (ce sont les méchants), pour faire oublier ainsi la violence sociale accumulée année après année par les multiples mesures prises par les gouvernements successifs. C’est également une occasion pour réprimer et détourner l’attention, pendant qu’on parle des dispositifs policiers à longueur d’antenne, on évite le reste évitant  bien sûr l’origine des difficultés sociales. Depuis tous temps, le pouvoir capitaliste a utilisé la violence comme arme de propagande pour éviter de répondre aux revendications et réprimer ceux qui luttent, rappelons-nous les conflits à Air-France et à la SNCF, les militants trainés devant les tribunaux et condamnés. La violence n’existe-telle pas à France Télécom, à La Poste ou les suicides ne se comptent plus, les conditions de travail deviennent insupportables partout et font des ravages, atteignent la santé des travailleurs.

Pour autant, le pouvoir doit trouver une issue au mécontentement qui donne l’illusion de répondre aux revendications sans rien changer à la politique d’austérité.

La mise en scène de lundi dernier relève du grand art, un exercice de comédie digne des plus grands théâtres avec une mise en scène ridicule malgré tous les efforts déployés par les médias pour dramatiser au maximum la « parole attendue du chef de l’État » selon les médias. Le ton larmoyant et compatissant employé par Macron n’a pas caché bien longtemps les intentions : il faut donner l’impression de répondre aux revendications sans toucher au capital ni remettre en cause la politique de réformes accélérées.

L’augmentation annoncée SMIC est une vaste fumisterie qui consiste à faire payer les salaires par les salariés eux-mêmes. C’était déjà le cas avec les exonérations de cotisations sociales reversées en salaire net, ici il s’agit de payer l’augmentation du SMIC par l’impôt (budget de l’État). « Cela ne coûtera pas un centime à l’entreprise » annonce Macron en bon défenseur des intérêts du capital. Pas question d’augmenter les salaires et les pensions de retraite, la CSG reste appliqué au-delà des 2000 € de pension, pas d’indexation sur les prix. En annonçant les heures supplémentaires désocialisées, Macron poursuit la politique de casse de l’ensemble de la protection sociale, en aggravant ses ressources de financement.

Les réformes sur l’assurance-chômage, la retraite, la fonction publique sont confirmées, bref rien ne change, tout reste à gagner.

La droite après les annonces de Macron appelle à arrêter mouvement, le PS souligne les avancées, Mélenchon appelle pour sa part à « l’insurrection populaire » autre proposition révolutionnaire dans l’état des rapports de forces actuels.

 

 

Lire, enregistrer et/ou imprimer cette information au format PDF

 

Haut de Page

 

Envoyer cet article à un(e) ami (e)

 

 

www.sitecommunistes.org

 

 

Lire aussi…

Parti Révolutionnaire Communistes

8éme congrès 16 et 17 novembre 2018

1 *La totalité des richesses créées par le travail doit revenir au peuple

2 *Les travailleurs, la classe ouvrière cherche des réponses aux questions : comment s’en sortir ?

3 *Les profits considérables réalisés par les entreprises,

4 *Quelle perspective politique pour tous les mécontents ?

5 *Voilà à quoi nous sommes confrontés :

6 *Faire de la politique au plus près des réalités...

7 *La situation nationale et liée étroitement à l’état du monde aujourd’hui.

8 *Après la chute de l’URSS,

9 *Partout les budgets militaires explosent...

10 *Les élections européennes

Rapport d’ouverture Comité National du 20 octobre

- Rapport introductif.

- La question politique se résume...

- Cette bataille idéologique intense...

- La situation politique en France comme en Europe...

- Un parti présent partout,... ... ...

 

 

Journal

Journal n°130 de décembre 2018

page 1 et 2 Edito et extraits du rapport d'Antonio SANCHEZ au 8ème Congrès

page 3 et 4 Résumé de la discussion du 8ème Congrès

page 4 Une bataille financière indispensable - Les gilets jaunes

 

-Journal n°128 Spécial Marx.

 

Document

-Document: CFDT, Un syndicat au Service du Patronat

        Tract

- Appel du Congrès

- TRACT SEPTEMBRE: Stop ça suffit! Tous ensemble dans la lutte

 

Lire aussi…

- Un seul choix: la lutte de classes pour supprimer le capital. .

- RENAULT-NISSAN: deux capitalistes qui s'affrontent pour la direction de l'alliance.

- ÉLECTIONS SNCF: un succès pour les travailleurs et une CGT qui se battent .

- Journal n° 130 de décembre 2018

- La colère monte et s’exprime contre Macron le représentant du capital.

- Parti Révolutionnaire Communistes- 8éme congrès –16 et 17 novembre 2018. Rapport d’ouverture

- Appel du Congrès

- Luttes à Sorbonne Université

- Gilets jaunes

- Vendredi 16 et samedi 17 novembre se tiendra notre congrès à Paris

- 11 novembre: Pas de paix possible avec le capitalisme !

- Salaire, pouvoir d’achat, pensions: la colère monte.