frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 17.02.2020-21.02.2020

France.
Luttes. La journée de grève et de manif du 20 février, même si la participation a été moindre, marque la volonté de poursuite de la lutte. Les « observateurs » des mouvements sociaux sont obligés de reconnaitre qu’il s’agit d’une lutte d’une ampleur et d’une durée rarement atteintes. Prochaine journée le 31 mars.
Saisonniers. Grèves et actions diverses le 15 février dans l’ensemble des stations de ski. La raison en est la « réforme » de l’assurance chômage qui prive les saisonniers des indemnités journalières ou rend leurs obtentions plus difficiles entre deux périodes d’activité. On estime leur nombre à plus d’un million.
Tulle. Le personnel municipal vient d’obtenir la titularisation de 11 précaires, la création de deux postes dans de nouveaux services, une augmentation de salaire de 30 à 50 euros par mois étalée sur 5 ans.
Avocats. Ils poursuivent leur mouvement avec comme conséquence un engorgement des tribunaux dont les audiences prévues sont reportées jusqu’en 2021. La ministre demande une suspension du mouvement ce qui lui vaut cette très juste réponse des avocats grève ou pas grève la justice est au bord de l’implosion.
La ministre a tenté une lamentable manœuvre de division en adressant aux magistrats une lettre qui accuse les avocats d’entraver la bonne marche de la justice. Les syndicats de magistrats ont remis les responsabilités de chacun en place. S’en prendre aux avocats alors que l’état de délabrement des juridictions n’est pas nouveau et connu de tous est insupportable.
Renault. Voir article dans l’hebdo
Air France. Grève à l’appel de tous les syndicats des personnels des escales que la direction veut réduire, voire fermer le 21.02. Les pilotes de Hop (filiale d’AF sur les lignes intérieures) seront en grève le 24.02 pour l’alignement de leurs salaires sur ceux d’AF.
Profits. Crédit Agricole. Résultat net : 7 ,2 Mds (+5,2%). Faurecia. (équipementier automobile, filiale de Peugeot). Malgré une provision de 193 millions pour réaliser la fermeture de 20 usines dans le monde et supprimer 7.200 emplois annonce d’un bénéfice net de 590 millions, une augmentation de sa trésorerie de 500 millions. Omnium Plastic : Résultat net : 258 millions, trésorerie :347 millions.
Retraite. Première réunion de la conférence de financement des retraites. Cette réunion a surtout tourné pour tous les participants (gouvernement, Medef, syndicats réformistes) de faire main basse sur les 132 Mds de réserves des caisses de retraites complémentaires ou des professions non couvertes par la SS. Pour financer la « réforme ».
Roux de Bézieu (président du Medef) dans une interview aux « Echos (19.02) après avoir émis quelques critiques sur la réforme par points et la manière dont le gouvernement la mène réaffirme les exigences patronales : pas d’augmentation des cotisations, pas de remise en cause des cadeaux sociaux, pas de reconnaissance de la pénibilité, pas d’augmentation du nombre de départs anticipés, augmentation de la durée du travail en repoussant l’âge de départ. Ils ne veulent rien payer. Une réaffirmation du « dialogue social » façon Medef.
La CGT doit décider la semaine prochaine si elle continue à participer à la conférence.
Achat. Alstom achète pour 6 Mds la partie ferroviaire du canadien Bombardier en grande difficulté financière (il a vendu sa branche aéronautique à Airbus ne gardant au Canada la fabrication des avions d’affaires). Le nouvel ensemble va avoir un CA de15,3 Mds d’euros et employer dans le monde 76.900 salariés dans 168 usines. Il devient le deuxième dans le ferroviaire derrière le chinois CRRC (CA de 28 Mds). Bombardier possède une usine en France à Crespin (Nord). La direction d’Alstom affirme que la fusion sera sans conséquence sur l’emploi. Les syndicats sont plus réservés. Ce genre de fusion amène automatiquement des « doublons » dans certaines activités. Doublons que les directions s’empressent de supprimer pour augmenter le profit.
Suppressions d’emplois. Orchestra (enfance et puériculture) annonce 600 suppressions dans le monde 20% des effectifs),300 en France (magasins, logistique, siège social). Airbus. La direction de la division Défense et Espace vient de réunir les syndicats pour annoncer la suppressions de2300 postes en Europe dont 404 en France. Elle justifie sa décision par la baisse des commandes alors qu’elle n’a pas voulu suivre les évolutions qui sont apparues dans le domaine de la taille des satellites. La séparation de l’entreprise en divisions autonomes permet de réaliser une telle opération alors qu’Airbus réalise d’importants profits dans l’ensemble de ses activités.
Monde.
Grèce. Après une journée de grève et de manifestations en octobre nouvelle journée le 18.02 pour la défense de ce qui reste su système de retraite déjà fortement mis à mal par le gouvernement de « gauche » avec des diminutions de pensions de 20 à 60%. L’actuel gouvernement de droite veut aller encore plus loin. La grève a touché tous les secteurs de l’activité économique.
Espagne. Manifestation pendant trois jours des agriculteurs qui, comme partout, ne peuvent plus vivre de leur travail avec la vente des leurs productions à perte sous la pression des multinationales de l’agroalimentaire. Le gouvernement socialiste reconnait son impuissance dans la fixation des prix.
HSBC. La banque sino-britannique annonce la suppression de 35.000 emplois (15% des effectifs) aux USA et en Europe d’ici à trois ans. Elle se dégage des activités jugées « non performantes » au profit d’autres plus « rentables ». Au total c’est 100.000 suppressions d’emplois qui ont été annoncées dans le secteur bancaire européen en 2019-20. (2100 par la Société Générale).
Dividendes. Les grandes sociétés capitalistes ont distribué 1.425 Mds de $ en dividendes en 2019, deux fois plus qu’il y a dix ans. La France est le pays européen qui distribue le plus de dividendes : 63,9 Mds de $. Total se classe 18 eme sur les 20 plus importants distributeurs.
UE. Elle a entamé la discussion de son budget 2021-2027. La proposition de la commission est un budget de 1.095 Mds. A la suite de la sortie de la Grande Bretagne de l’UE il est en baisse de 70 Mds. Le budget est basé sur une contribution des Etats de 1%. du revenu national brut. Pour le maintenir à son niveau antérieur il aurait fallu porter cette contribution à 1,06%. Ce que refusent farouchement des Etas et qui proposent des baisses de certains budgets en premier celui de la PAC. Ce qui va donner une belle foire d’empoigne chacun voulant profiter d’un maximum de subventions tout en versant le moins possible. L’Europe de la solidarité dans toute sa splendeur.
Dans une interview à la presse régionale Macron se pose en défenseurs résolu des agriculteurs. Elections obligent.

Imprimer cet article