frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 22.06.2020-26.06.2020

France.
Luttes. Succès. Neuhauser (alimentation) Après 10 jours de grève sur les sites de Reims et en Moselle, l’entrée dans la lutte de celui de Maubeuge et les annonces de grève sur les autres sites en France, la direction lâche la prime demandée de covid (pas de précision sur son montant) et une prime de production de 209 euros par mois.
Bombardier. (Métallurgie, Crespin, Nord). La direction voulait imposer une semaine de congé en juin avec des avantages financiers. Refus des syndicats CGT, Sud, CFDT pour qui la prise de congés est d’abord l’affaire des salariés. La direction a abandonné sa proposition.
Luxfer. (Métallurgie, Gerzat, Puys de Dôme) Cette dans cette entreprise (la seule en France) qui fabriquait des bouteilles médicales d’oxygène a été reprise et fermée en 2019 par un anglais qui voyait en elle un concurrent. Depuis de multiples actions pour sa réouverture ont eu lieu. Une nouvelle est annoncée pour le 25.06.
Enseignement-Recherche. Nouvelle action le 25.06 contre la loi de programmation qui livre la recherche encore davantage au privé. Consulté sur le projet, le Conseil économique et social l’a rejeté. Pour aller plus loin dans l’information sur cette importante question qui conditionne l’avenir de la recherche avec toutes ses conséquences économiques et sociales. Voir l’article dans l’hebdo et l’étude faite par notre cellule Enseignement-Recherche disponible sur notre site.
BFMTV. (Groupe Altice, X. Niel, propriétaire de SFR, actionnaire du « Monde » et d’autres organes de presse). Grève du 25.06 au 30 devant l’annonce de la direction de 1600 suppressions d’emplois. Une première chez BFM.
Dans le même temps X. Niel et son allié M. Pigasse s’offrent pour 100 millions Lagardère Studio qui regroupe une trentaine de société de production TV.
Ségur de la santé. Après avoir longuement tergiversé le pouvoir annonce les sommes qu’il entend mettre en œuvre pour répondre aux revendications des personnels de santé. 6 Mds pour l’hôpital public et privé et les Ehpad. On est loin du compte pour couvrir les besoins en salaires, emplois, installations médicales. Les premières réactions syndicales-à l’exception de l’inévitable L. Berger- vont dans le sens du rejet. Une nouvelle action des personnels est prévue pour le 30.06. Quant aux représentants des médecins hospitaliers ils ont quitté le Ségur.
Le pouvoir n’a en rien abandonné sa volonté de destruction de l’hôpital public. Chacun se souvient du limogeage du responsable de l’ARS de la région Grand Est qui avait déclaré en pleine pandémie que le plan hôpital était suspendu et non annulé. En marge de la journée du 16.06 une délégation de cette région a été reçue par la nouvelle responsable de l’ARS qui confirme le plan de 1000 suppressions de poste d’ici à 2033 à l’hôpital de Nancy et que le plan hôpital est suspendu et non annulé.
La lutte des personnels et de l’ensemble de la population s’impose.
La Halle. (Habillement) Grève le samedi 27.06 contre les suppressions d’emplois.
Aéronautique du Sud -Ouest. Appel de la CGT à une journée d’action le 9.07 face à la multiplication des menaces de suppressions d’emplois, à la volonté patronale de jouer à plein des « accords de performance collective » et autres moyens à leur disposition pour la baisse des salaires.
Centre médical chirurgical obstétrique. (Santé, Nord). En grève depuis 10jours pour une augmentation des salaires bloqués depuis 10 ans.
Piscines de Lyon. Préavis de grève CGT du 1er au 31.07 pour le respect des mesures de protections face à la pandémie.
HP hygiène (Deveziaux, Ardèche) Fabricant de gel et autres produits hydro alcooliques, le patron avait promis une prime de 2000 euros au plus fort de la production. Il revient sur cet engagement et ne propose plus que 1000 euros. Le personnel est en grève tandis que les 280 intérimaires embauchés pour faire face à l’afflux de commandes sont licenciés.
Bus de la région de Lorient. Appel CGT à la grève du 26.06 au 27.09 pour des revendications locales.
Cette liste d’actions diverses dans de multiples secteurs est en dessous de la réalité des luttes dans le pays. Pour importantes qu’elles soient il manque la coordination des luttes pour aboutir à faire reculer le pouvoir sur ses objectifs qui n’ont pas changé : mettre la société tout entière au service du capital.
Suppressions d’emplois. Schréder (éclairage extérieur, groupe belge, St. Florent sur Cher, Cher) supprime 110 emplois et délocalise sa production en Espagne.
Nokia. Après avoir supprimé 1210 postes entre 2016 et 2019 il annonce la suppression de 1223 nouveaux postes en particulier dans la R&D alors que ses concurrents Huawei et Ericsson (Suède) font le forcing pour gagner un maximum de marchés dans la 5G. L’un et l’autre annoncent des implantations d’usines en France et la création au total de 800 emplois. Cette décision du groupe finlandais s’inscrit dans sa décision d’un plan d’économie décidé en 2018 et qui n’a donc rien à voir avec une conséquence du covid. Comme à son habitude le pouvoir agite son sabre de bois et invite la multinationale à réduire le nombre de suppressions d’emplois.
Oxfam. (ONG d’origine anglaise, sa filiale française est dirigée par C. Duflot) Supprime 1500 emplois (1/3 des effectifs) et 700 sur 3600 sous-traitants. Pour les remplacer elle compte sur le volontariat. Oxfam dénonce les excès du capitalisme et prône le partage des richesses. Elle est signataire avec la CGT et d’autres d’une pétition censée proposer des solutions pour le « jour d’après ». Avec 42% de son budget provenant des gouvernements elle n’est pas une menace pour le capitalisme.
Sanofi. Annonce la mise en place pratique du plan d’économie de 2Mds annoncé en décembre. Il se traduit par 1700 suppressions dans le monde, de 1000 en France. Sanofi ne recherche que la mise au point et la fabrication de médicaments qui rapporte gros. Il vient de décider d’arrêter la recherche pour de nouveaux médicaments concernant le diabète et le cardiovasculaire.
Ses résultats sont excellents : CA au 1er trimestre 9,9 Mds (+4,69%). La distribution du dividende pour 2020 devrait avoisiner les 4 Mds.
Un nouveau suicide sur le lieu de travail vient d’avoir lieu dans la région parisienne. C’est le troisième depuis l’automne 2019. Le CSE s’est saisi de ces suicides et un cabinet de sécurité au travail a conclu que ceux-ci étaient le résultat d’un « management » brutal vis-à-vis des salariés.
Réunion à l’Elysée. Les « partenaires sociaux » se sont retrouvés avec Macron le 24.06. Celui-ci a confirmé que le chômage partiel serait poursuivi jusqu’en 2022 et que cette aide de l’Etat n’empêchera pas les licenciements que les « entreprises » jugeront nécessaires. A la grande satisfaction du Medef. L’envoi de lettres entre le pouvoir (où les institutions) et les « partenaires » semble devenir une nouvelle forme de dialogue. Huit organisations syndicales et patronales ont adressé une lettre à Macron pour lui faire part de leur intention de contribuer à une sortie de crise efficace et juste. Il semble que la CGT ne soit pas signataire.
La discussion du nouveau budget rectificatif- la troisième- s’est ouverte à l’Assemblée Nationale. Les députés EM ont rajouté de nouveaux cadeaux au patronat en plus de ceux prévus par le pouvoir.

Monde.
Tunisie. Le président tunisien vient de se rendre à Paris pour parler avec Macron d’économie et de coopération. La Tunisie occupe une place relativement importante dans l’industrie pharmaceutique et espère l’augmenter après la pandémie. Pour le reste, le pays connait une situation catastrophique doublée par une menace sur sa frontière avec la Lybie. Le chômage explose avec environ 960.000 chômeurs soit 18,8% de la population. Des manifestations viennent d’avoir lieu dans le sud pour l’emploi et l’application d’un plan d’embauches datant de 2017. Le pouvoir a répondu par la répression comme d’habitude.
Chine. Elle vient de terminer la mise en orbite du dernier satellite de son système de navigation Beidou qui vient concurrencer le GPS (USA) du Galiélo européen et de Glosnass (Russie). Avec cette mise en place la Chine acquiert son indépendance dans ce domaine vis-à-vis des USA, renforce sa puissance militaire, mais couvre aussi une dizaine de pays du sud-est asiatique qui ont donné leurs accords pour son utilisation.
Automobile L’ACEA (association des constructeurs européens d’automobiles) prévoit une chute de 25% du marché automobile européen en 2020 ce qui permet de justifier les dizaines de milliers de licenciements annoncés. La réalité est toute autre. La baisse des ventes a débuté dès 2019 et surtout les constructeurs profitent de cette baisse pour restructurer leurs outils de production en vue de l’arrivée massive sur le marché de la voiture électrique qui demande pour sa fabrication 1/3 de main-d’œuvre en moins qu’une voiture thermique. L’allemand BMW et ses 6000 suppressions d’emplois annoncées en est parfait exemple.
Allemagne. Chacun se souvient du scandale dit du « dieselgate » ou Volkswagen avait manipulé ses logiciels pour obtenir une baisse de ses émissions de CO2 de ses voitures. Un autre scandale vient d’éclater, financier cette fois. Il s’agit de Wirecard dont l’activité est celle d’un intermédiaire dans une transaction financière entre un commerçant et son client. Il s’agit d’un détournement de 1,9 Md qui a disparu des comptes. Il existe pourtant des organismes officiels pour surveiller ce genre d’activité. Le président de cet organisme a reconnu qu’il s’agissait d’un désastre complet. Plusieurs entreprises françaises (Air France, Leroy Merlin, le crédit Agricole, Orange Bank) étaient en relation avec Wirecart. Jusqu’à présent elles n’ont pas voulu s’expliquer sur les conséquences pour elles de ce scandale.
UE-USA. C’est le 26 juillet dernier délai que les USA décideront s’ils augmentent les droits de douane sur 3,1 Mds de $ d’importations, à la suite d’une décision de l’OMC jugeant non conforme les aides des Etats à Airbus. Une première série de mesures avaient été décidée par les USA en 2019. Les premières indications données iraient dans le sens de plus de droits de douane.

Imprimer ce résumé