frcaendeitptrues
Gantry 5

 

France.
Lutte :
Unilever (Le Meux, Oise) En grève à compter du 21novembre contre la décision de la direction de supprimer les intérimaires sans diminuer la production.
SNCF Réseau. Manifestation à l’appel de la CGT contre la diminution des effectifs et le recours massif à la sous-traitance.
Contrôleurs de TGV région Nord. Les modifications d’horaires pour le 15 décembre entrainent des pertes de salaires pour les contrôleurs. Devant le refus de la direction d’indemniser les pertes, grève les 25 et 26 novembre.
La Poste. Bastia. Les revendications sur l’organisation du service ont été acceptées par la direction. La grève se poursuit pour l’étalement des pertes de salaires.
Géant Casino. (Narbonne). Débrayage le 29 novembre de 2h contre la casse sociale.
Radio France. En grève depuis le 25 contre les suppressions d’emplois et manifestation le 29 devant le ministère de la culture.
Agriculteurs. Manifestations le 27 novembre à Paris et dans plusieurs grandes villes. La cause est toujours la même : l’insuffisance de revenu tiré du travail. A cela s’ajoute l’inquiétude face à la multiplication des accords de libre- échange, les nouvelles réglementations au nom de l’écologie. Le « Grenelle de l’alimentation » qui devait régler la question des revenus agricoles à partir de la bonne volonté du capitalisme, la loi Egalim qui en est sortie apparait de plus en plus pour ce que sont ce genre de réunions et de loi : une manière de détourner l’attention du seul responsable de la situation : le capitalisme. En déclarant que le compte n’y est pas sans dire ou sont les responsables le ministre de l’agriculture continue dans cette voie.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets une manifestation semblable a eu lieu à Berlin.
Elections. Manpower. CGT 25,73% (en Ile de France 41,97) Unsa 21,99, CFDT 18,67, CGC 18,30, CFTC 15,30. Pas de comparaison avec le précédent scrutin.
EDF. Difficile de s’y retrouver tant les périmètres des effectifs pris en compte sont divers. La CGT publie les résultats pour la maison mère sans comparaison avec le scrutin précédent. Participation 72%.CGT 34,17%, CGC 28,6, CFDT 17,45, FO 15,5, autres 4,28.
Apalib (aide à domicile, Monceau-les -Mines) Dans le 1er collège la CGT seule organisation à présenter des candidats obtient 50% des suffrages exprimés, 20 voix sur 26 chez les cadres.
Webhelp. (Centre d’appel, Monceau). CGT 51% (40 en 2017) FO 31,39, CFDT 17,15.
RATP. D’après un comptage effectué par des syndicalistes CGT à la sortie des bus des dépôts, 70% des 5.000 bus seraient en dehors des règlements de sécurité. Deux des syndicalistes qui ont assuré ces comptages sont traduits par la direction devant le conseil de discipline pour « entrave à la libre circulation ».
Achat. LVMH achète pour 14,7 Mds d’euros auxquels il faut ajouter une reprise de dette de 350 millions de $ le bijoutier US Tiffany. Tiffany a réalisé un CA de 4,4 Mds de $ pour son dernier exercice et un résultat net de 586 millions.
Il y a peu de temps LVMH a ouvert une usine de maroquinerie aux USA. Son inauguration a eu lieu en présence de B. Arnault et de son ami D.Trump. Inauguration passée sous silence dans les journaux appartenant à B. Arnault.
Ouverture à la concurrence. La RATP et Getlink (maison mère d’Eurotunnel) viennent de créer une filiale commune pour exploiter les lignes TER qui seront ouvertes à la concurrence en 2022. Elle vise dans un premier temps deux régions : les Hauts de France et Grand Est qui réalisent un CA de 560 millions chacune pour 900.000 voyageurs transportés par an.
De son côté Transdev (filiale de la Caisse des Dépôts) est aussi sur les rangs pour l’exploitation de lignes régionales. Ce sont cinq régions dirigées par des LR qui ont décidé de s’ouvrir à la concurrence dès qu’elles le pourront. Concurrence qui ne gêne en rien des entreprises nationales gérées comme des entreprises capitalistes. Au lieu d’unir leurs efforts pour un service public de qualité.
Un des opérateurs privés estime que la SNCF est considérée comme 15 à 20% plus chère qu’un autre prestataire. La casse sociale se prépare dont les cheminots et les usagers feront les frais.
L’Espagne ouvre à compter de décembre 2020 ses lignes TGV à la concurrence. La SNCF a obtenu la possibilité d’exploiter trois lignes intérieures avec 15 allers et retours par jour. Le plus mauvais lot, les autres ayant été emportés par le Renfe (SNCF espagnole) et par l’italien Trentalia qui obtient 16 allers et retours par jour entre Paris et Barcelone.
Hausse. Le prix du gaz réglementé va augmenter de 0,1 à 0,7% à compter de décembre. Pour rappel les tarifs réglementés doivent disparaitre en 2023.
Transports routiers. A l’initiative de deux syndicats patronaux la frontière franco-belge a été bloquée le 28 novembre pour protester contre la hausse des taxes sur le carburant.
Le patronat du BTP bloque cinq dépôts de pétrole dans la région Ouest le 29 novembre pour s’opposer à la disparition du gas-oil défiscalisé pour les engins de chantiers.
Monde
Hong Kong. Déjà durement touché par la guerre commerciale Chine-USA la situation économique et financière s’aggrave dans la ville. Le Japon et Singapour ont envoyé des délégations pour convaincre les fonds de placement de quitter la ville pour s’installer chez eux. (Naturellement l’un et l’autre soutiennent le « combat pour la démocratie et le liberté » qui se mène à Hong Kong). Le tourisme et tout ce qui va avec (hôtels, restaurants, commerces) s’est effondré. L’économie est au bord du gouffre écrivent « les Echos ».
Afrique du Sud. Elle s’enfonce un peu plus dans la crise. Les agences de notation ont toutes revu à la baisse la position de la dette et l’ont placée en catégorie spéculative. Plus grave la croissance prévue à 1,5% ne va pas dépasser 0,5 en 2019. Le chômage touche 29% de la population, 50% chez les jeunes.
La victoire du peuple sud-africain sur l’apartheid a eu une résonnance mondiale. Mais laisser le pouvoir économique entre les mains du capitalisme et des grands propriétaires fonciers (la réforme agraire n’est toujours pas faite) ne permet pas le développement au service du peuple.
Allemagne. Audi (groupe Volkswagen) annonce la suppression, avec l’accord des partenaires sociaux, de 9500 emplois d’ici à 2025. Audi entend économiser 6 Mds d’économies qui seront investis dans la voiture électrique.
Ces suppressions démontrent une nouvelle fois que la cogestion qui existe en Allemagne ne garantit en rien l’emploi ou les salaires. Cette cogestion n’est que la courroie de transmission des décisions patronales. Faire connaitre cette réalité et agir pour mettre en échec les réformistes de tous poils qui veulent- sous de formes différentes- mettre en place en France un système semblable et indispensable.
Daimler (Mercédès) annonce 10.000 suppressions d’emplois d’ici à 2022, toujours avec l’accord des « partenaires sociaux ». De son côté BMW diminue les primes annuelles et toutes les autres pour faire des économies.
Devant le Parlement E. Merkel défend l’’idée que l’Allemagne doit être plus active sur les théâtres militaires extérieurs dans le cadre des opérations de l’OTAN. Concernant les restrictions apportées aux ventes d’armes elle déclare : Est-il dans notre intérêt que ce soit la Chine, La Russie, l’Arabie saoudite qui fournissent des armes plutôt que nous ? La réponse est dans la question. Si le SPD est pour l’instant contre, les Verts se déclarent prêt à soutenir cette politique au service de l’impérialisme allemand.

Imprimer cet article

France.
Luttes.
La Poste. Paris 15 en grève depuis le 14 novembre contre la suppression d’effectifs et des réorganisations dans le travail voulues par la direction.
Agen (Lot et Garonne). Grève illimitée à l’appel de la CGT pour les effectifs.
Casino. Appel de la CGT à une grève dans tous les magasins le 26 novembre, contre les suppressions d’emplois annoncées par la direction.
Aides maternelles. Ont fait grève le 19 novembre pour les salaires et les effectifs. Aucun écho dans les médias.
Radio France. Appel de tous les syndicats pour une grève le 25 novembre qui pourrait se poursuivre les jours suivants, contre les suppressions d’emplois et les économies exigées par le pouvoir.
Etudiants. Sont appelé à une manifestation le 27 contre la situation qui leur est faite. La ministre qui a reçu les syndicats, n’a satisfait aucune de leurs revendications. Ce n’est pas la création d’un numéro vert annoncé à grands fracas qui modifiera la vie étudiante.
Hôpitaux. (Voir article dans l’hebdo)
SNCF. Périgueux (Dordogne). Grève de 2h le 22 novembre pour les effectifs et contre la fermeture des guichets les samedis et dimanches.
5 décembre. La journée prend de la force, signe du profond mécontentement qui traverse le pays, ce qui oblige certaines organisations syndicales à des modifications de leur position d’origine. La CFDT cheminots vient de déposer un préavis de grève pour le 5, sans pour autant appeler à la grève pour le moment. La CGC invite ses fédérations à décider de leur participation à la journée. Les avocats ont eux aussi décidé de s’y joindre.
Retraites. Le Conseil d’orientation des retraites vient de publier un rapport sur l’évolution financière des régimes des retraites (Privé, fonctionnaires, hospitaliers) à l’horizon 2025, date prévue pour l’entrée en vigueur de la retraite par points. A cette date le système actuel devrait être à l’équilibre pour un passage sans heurts de l’un à l ‘autre. Or le rapport estime que le déficit le plus probable sera de 11,6 Mds. Le pouvoir n’entend revenir à l’équilibre que par la réduction des dépenses. C’est l’allongement de la durée de vie au travail qui est privilégiée, que ce soit par l’allongement de durée de cotisations ou du report de l’âge de départ à 64 ans. Il faut travailler plus clame Macron et consorts. Une autre voie est possible : celle de l’augmentation des ressources, avec la fin des cadeaux sociaux au patronat, l’augmentation des salaires, le recul significatif du chômage.
Investissements vers l’étranger. Stélia Aerospace (filiale d’Airbus) va monter une usine au Portugal. Les salaires y sont deux fois et demie plus bas qu’en France. Stélia est un spécialiste des délocalisations. Il possède une usine au Maroc et en Tunisie de 1000 salariés chacune.
Flyng Whales. Star up toulousaine va installer une usine de production de dirigeables au Québec, ce qui représente un investissement de 20 millions d’euros. Elle a reçu 25 millions de la BPI et 10 millions de la région Aquitaine.
Fermeture. La Manufacture charentaise à Rivière (Charente) dernière entreprise à fabriquer les célèbres pantoufles est liquidée sur décision judiciaire. 104 salariés restent sur le carreau.
Pont de Mirepoix. Cet accident vient de causer la mort de deux personnes. La cause semble en être le poids d’un camion et de son chargement- 50 tonnes- alors que le pont est prévu pour en supporter 19. Pour le chauffeur il s’agissait de gagner quelques minutes et d’économiser quelques euros de carburant plutôt que de respecter la réglementation. Dans un rapport le Sénat en 2018 attirait l’attention sur la vétusté de 27.000 ponts en France et réclamait un effort budgétaire sans précédent pour remédier à cet état. La loi Mobilité qui va venir en discussion est loin de répondre à ce besoin. De plus, le nombre de camions en circulation, les tonnages transportés en hausse, ne peuvent qu’aggraver la situation. Pendant ce temps le pouvoir et la SNCF ne font rien pour renforcer le transport de marchandises par la voie ferrée.
Electricité. Pour EDF il y a un risque de pénurie d’électricité en 2022-23. Sous la pression des écologistes qui sont contre le nucléaire et le charbon, les gouvernements successifs ont par opportunisme électoral décidé la fermeture de Fessenheim, des 4 centrales à charbon restantes en activité, l’arrêt programmé de réacteurs pour leur entretient, le retard de l’EPR, risquent de compromettre la production d’électricité en général avec une situation inquiétante pour la Bretagne qui consomme plus qu’elle ne produit. Le pouvoir refuse toujours les propositions de la CGT de transformer les centrales à charbon pour l’utilisation des déchets et une production décarbonnée.
Handicapés. Ils sont l’objet de toutes les attentions. 100 des plus grandes entreprises viennent de signer une charte des plus vagues pour leurs emplois. De son côté le gouvernement après les poncifs habituels prononcés dans de semblables occasions, annonce la mise en place d’un « comité de suivi et d’évaluation » qui se réunira deux fois par an pour un pilotage régulier et transparent. Une opération de com. qui ne changera rien au sort des handicapés au travail.
Election. Les élections pour les CSE viennent d’avoir lieu à EDF, Engie, et d’autres filiales. Peu d’informations détaillées, y compris sur le site de la CGT. Au niveau du groupe la CGT obtient 39% (-1). À EDF 34% (-1) Engie 44% (-2), dans deux filiales de stockage de gaz +7% et +12% pour la CGT. C’est la CGC qui gagne 2 à 3% dans les diverses entreprises du groupe. D’après un syndicaliste CGT, la CFDT est laminée.
Retraite. Les Echos du 18 novembre publient un très intéressant article sur les retraites en Suède. Sous le titre les retraites suédoises, modèle en péril, il dresse un portrait sans complaisance de ces retraites par points. Elles datent de 1994 après un très large accord de tous les partis politiques, du patronat et du syndicat. C’est au prétexte que l’ancien système était devenu intenable à moyen terme. (Argument repris par le pouvoir en France pour justifier la fin du système par répartition). Depuis 1994 les retraites ont baissé trois fois (2010, 2011,2014), à la suite de la baisse des salaires (il faut rester à l’équilibre financier). Avec une pension moyenne de 1020 euros par mois, 745 euros pour de nombreuses femmes, les retraités suédois connaissent un taux de pauvreté de 15,8% (14,9 dans l’UE). Au 1er janvier prochain l’âge de départ à la retraite va passer à 64 ans en raison de l’allongement de la durée de vie, l’âge ou la retraite sera obligatoire va passer de 67 à 69 ans d’ici 2023.
Vous les Français n’avez pas intérêt à copier notre système déclare une des manifestantes qui s’installent devant le Parlement tous les vendredis.
Malgré cette situation catastrophique l’ensemble des partis suédois continue à soutenir le système, sauf le parti d’extrême droite des « démocrates de Suède » qui atteint 20% des voix et talonne les sociaux- démocrates.
Des raisons supplémentaires pour réussir le 5 décembre et après.

Monde.
Espagne. Grève des joueuses professionnelles de foot de 1ere division qui réclament un salaire égal à celui des hommes.
Italie. Le sort de l’aciérie Ilva, propriété d’Arcelor Mittal est réglé. La direction annonce l’arrêt des hauts fourneaux et des installations en amont et en aval. De telles installations ne peuvent être remises en route après leur arrêt c’est donc une capacité de production européenne de l’acier qui disparait et avec elle 10.000 emplois. Pour l’instant les syndicats protestent mais n’appellent pas à l’action.
L’UE et la dette. La dette des Etats, présentée encore il y a peu comme insupportable pour nos enfants, va encore augmenter de 900 milliards d’euros en 2020. La France, avec l’Italie, se classe en tête des emprunteurs avec 245 Mds. Ils sont aidés dans cette fuite en avant par la BCE qui avec sa politique d’achat d’actifs permet aux états des taux bas pour leurs emprunts.
Dividendes. Triste nouvelle : la croissance des dividendes est en baisse. Elle ne serait que de 4% en 2019 contre 10 en 2018 et 8 en 2017. Malgré tout ce sont 1430 Mds de $ qui devraient être distribués.
Algérie. Alors que les manifestations continuent, le pouvoir algérien a fait voter par le Parlement l’abrogation de la loi dite 49/51 qui ne permettait pas aux investisseurs étrangers de détenir la majorité du capital dans une entreprise et ouvre son secteur pétrolier aux multinationales. A quelques jours de l’élection présidentielle un gage donné au capitalisme.
Allemagne-Afrique. 14 chefs d’Etats africains viennent d’être reçus à Berlin. Pas d’information sur les résultats de cette rencontre. A souligner la multiplication des rencontres, forums, l’annonce d’aide entre l’Allemagne et les Etats africains dans cette dernière période.
Colère sociale. Le peuple colombien vient à son tour d’entrer dans l’action contre la politique du pouvoir qui depuis des années lui impose une politique d’austérité devenue insupportable. La Colombie est un bon élève du capitalisme et un des fers de lance contre le Venezuela.

Imprimer cet article

 

 

 France.
Luttes. Puissante mobilisation des personnels de santé à Paris et en province.
En déplacement dans la Marne, Macron après le coup de chapeau habituel sur le dévouement du personnel soignant confirme sa volonté de poursuivre son plan « santé 2022 » et annonce pour le 20 novembre des mesures complémentaires pour répondre aux besoins immédiats. A suivre.
Etudiants. (voir article dans l’hebdo) Les étudiants profondément bouleversés par l’immolation d’un des leurs en grave difficulté financière et dont près de 50% connaissent les mêmes problèmes que lui, ont manifesté dans une quarantaine de villes. Une rencontre entre le sous -ministre de l’éducation supérieure et les syndicats n’a rien donné, le pouvoir n’ayant rien à proposer pour résoudre les problèmes qui sont ceux des étudiants.
Fonctionnaires des impôts. Ont fait grève et manifesté le 14 novembre contre les 5800 suppressions d’emplois prévus entre 2020 et 2022 sur un effectif de 110.000 fonctionnaires et la fermeture de 1600 trésoreries sur 2000. Depuis 2002 c’est 40.000 emplois qui ont été supprimés.
Emploi. D’après l’Insee le nombre d’emplois crées entre 2015 et 2017 se monte à 800.000. Cela n’explique pas la persistance d’un chômage de masse qui s’élève à 8,5% de la population active et touche près de 6 millions de personnes. D’après Pôle emploi le chômage a augmenté de 0,1% au troisième trimestre De quoi douter de certaines statistiques.
Cadeaux. Le pouvoir va faire un nouveau cadeau au patronat du commerce. Les heures de nuit seront considérées comme telles à compter de minuit au lieu de 21h. Le projet qui devait être examiné le 13 novembre en Conseil des ministres a été annulé, renvoyé à 2020 après « concertation » avec les syndicats. L’approche du 5 décembre doit y être pour quelque chose.
Profits : (pour le troisième trimestre, en Mds) BNP 2,12 (+ 3,4%) Crédit agricole 1,85 (+4,5%) BCPE 1,01 (+2,8).
SNCF. Les chemins de fer espagnols ouvrent à la concurrence trois lignes TGV. La SNCF se porte candidate pour deux lignes pas très rentables. Si elle est retenue l’investissement en Espagne se fera au détriment des besoins en France.
Suppressions d’emplois. Malhe Behr (automobile, filiale de la société allemande du même nom, Rouffach, Haut-Rhin). Supprime 236 emplois sur 640 après deux plans qui ont conduit à supprimer en tout 267 postes.
MDS Chibret (médicament, Riom, Puy de Dôme). Supprime 200 emplois sur 584.
Tim (métallurgie, Quaëdipre, Nord) En liquidation judiciaire le repreneur supprime 264 emplois sur 340.
Radio- France. La direction vient de le confirmer : c’est bien 299 emplois qui vont être supprimés d’ici à 2022 dans le cadre des 60 millions d’économies exigé par l’Etat. Tous les services seront concernés, y compris les journalistes. Au cours d’une assemblée générale du personnel tous les syndicats ont dénoncé le mauvais coup porté au service public, sans pour l’instant appeler à l’action.
Idée. Raison d’être ou blanchiment du capitalisme. Instauré par la loi Pacte les entreprises peuvent écrire des chartres exposant leur « raison d’être ». La modification du code civil leur permet de déclarer au côté de la recherche du profit -qui reste prioritaire- qu’elles sont porteuses de projets sociaux ou écologiques. 11 entreprises du CAC ont signé de telles chartes. Interrogé par un institut de sondage à la demande des « Echos » 75% des 1500 salariés jugent que cette notion est importante mais 69% de ces mêmes salariés déclarent qu’il s’agit plus de com. plutôt que de convictions sincères. Leurs priorités vont sans surprise à l’emploi et aux salaires.
Deux articles sont consacrés à ce nouveau dispositif qui vise à masquer autant que faire se peut les méfaits du capitalisme. L’un signé de H. de Jouvenel confirme que ces objectifs sociaux ou écologiques visent à fédérer autour d’un projet porteur de sens….. apte à relever avec succès le défi de la transition écologique et d’un capitalisme d’intérêt collectif (c’est quoi, ?)
De son côté D. Seux écrit : Il n’est pas question de demander aux acteurs économiques d’oublier de réaliser des bénéfices (merci de le rappeler). Mais les entreprises sont aussi comptables de l’intérêt général et l’enquête que nous publions montre que les salariés peuvent être des alliés.
L’intégration des salariés à leur propre exploitation est toujours le but recherché quel qu’en soit l’habillage.
La coalition « business for inclusive growth » créée lors du G7 de Biarritz à l’initiative d’une quarantaine de multinationales vient de recevoir l’adhésion de Michelin, la Caisse des dépôts, UniCrédit, la fondation Rockefeller. Elle vient de lancer deux projets. L’un à l’initiative de Ikéa qui vise à l’embauche de réfugiés (pas de chiffre avancé) l’autre de la BNP pour accueillir 20 associations dans une maison commune. Impressionnant comme réalisations. L’arrivée de Michelin qui ferme son usine de la Roche/Yon confirme la justesse de vue des 69% de salariés qui pensent qu’il s’agit avant tout d’opérations de com.
Monde.
Allemagne. Une entreprise travaillant dans les énergies renouvelables annonce 3500 suppressions d’emplois. Depuis 2015 cette industrie en a perdu 35.000.
La fermeture des centrales nucléaires, celles à charbon prévue entre 2030 et 2039 va créer un manque de production d’électricité en Allemagne qui va se répercuter en Europe. D’après un cabinet spécialisé les prix pourraient augmenter de 30%.
Chine-Grèce. Après avoir rencontré le premier ministre grec à la foire de Shanghai la semaine dernière, Xi Jinping effectue une visite de deux jours en Grèce. La Chine est déjà propriétaire du port du Pirée (privatisé par Tsipras) et va signer des contrats pour une valeur de 16 Mds de $ pour des biens d’équipement et d’informatique fournis par la Chine. La Grèce devient une des têtes de pont en Europe des nouvelles routes de la soie.
Colère des peuples. Chili, Liban, Irak, Algérie la colère ne faibli pas malgré les concessions apparentes faites par les pouvoirs en place pour un retour à « l’ordre » tandis qu’une répression brutale se poursuit en Irak.
UE. Un institut de recherche Pew Research estime que l’immigration illégale ne représente que 1% de la population de l’Europe soit 4 à 5 millions de personnes en 2017. Les principaux pays d’accueil sont l’Allemagne, le Royaume Uni suivi par l’Italie et la France.

France.
Luttes. Personnels de santé. Ils manifesteront le 14 novembre.
Ibis Batignolles. (hôtellerie, Paris). Le personnel de la société de nettoyage salarié d’une société sous-traitante est en grève depuis le 17 juillet. La fédération des hôtels de la CGT a appelé à une manifestation de soutien le 31 octobre.
Méridionale (transport maritime Marseille). Les marins (CGT et syndicat corse) bloquent un navire, face aux menaces de liquidation de la compagnie à la suite du refus des nationalistes corses de lui attribuer une partie de la délégation de service public.
SNCF. Les débrayages se poursuivent à l’atelier du Landy (région Nord). Une rencontre syndicats-direction sur les revendications des personnels des dépôts n’a rien donné
Grève des contrôleurs sur la région Est et suppression de trains. Ils refusent les nouveaux horaires que veut imposer la direction.
La Poste. Bastia Cap (Corse) En grève contre la suppression de 10 postes sur 40. La CGT proteste contre l’utilisation de jaunes pour la distribution du courrier.
Total. (Feysin, Rhône) La raffinerie est en grève depuis 20 jours. Devant le refus de la direction de négocier la sortie des camions de carburant, le site est bloqué avec un risque de pénurie à bref délai dans la distribution.
Casino. La CGT appelle l’ensemble des salariés du groupe à un débrayage le 25 novembre contre les suppressions d’emplois en cours.
Débrayage au magasin Casino de Fontaine-les Didon (Côte d’Or) contre l’allongement de la durée du travail le samedi.
Laboratoire d’analyses de proximité. Sont en grève contre la décision du gouvernement de leur imposer une économie de 170 millions sur leurs facturations. Une pétition de soutien est à la disposition des patients.
Soutertech. (métallurgie, Pont de Vaux, Isère et Oloron, Pyrénées Atlantique). Mise en liquidation judiciaire, sa production est relancée par les salariés et le syndicat CGT après accord avec Renault.
Syndicats. La CFTC vient de tenir son congrès et fêter son 100 eme anniversaire. Le nouveau président C. Chabanier déclare que les valeurs sociales chrétiennes sont une boussole pas une fin en soi. La boussole CFTC indique toujours le même cap de la collaboration de classe. C. Chabanier déclare que son syndicat continuera à privilégier la concertation à la confrontation.
L. Berger sur France-Inter confirme son refus de participer à l’action du 5 décembre sous le prétexte que la consultation n’est pas terminée.
Répression. A l’hôpital de Long-le Saunier (Jura) la direction expulse la CGT et FO des locaux qu’ils occupent, sous prétexte de réorganisation des locaux.
A Foix (Ariège). Sur décision de justice la municipalité a fait expulser l’UD CGT des locaux municipaux qu’elle occupait
Nouveau coup de rabot. Cette fois c’est la formation des chômeurs-pourtant présentée comme essentielle dans le retour à l’emploi- qui voit son budget diminué de120 millions en 2020. Cela dans le cadre d’une « économie » dans le budget du ministère du travail de 324 millions. Il reste encore beaucoup de coups de rabot à donner pour atteindre l’objectif.
De son côté le Comité olympique français -d’habitude très discret- proteste dans une tribune parue dans le journal du dimanche contre la diminution réelle du budget des sports. Son augmentation provient des sommes allouées pour la préparation de JO.
Peugeot. Pour réaliser sa fusion avec Chrysler-Fia, le groupe a vendu sa part de 46,3% dans sa filiale Faurecia soit 3 Mds qui serviront à verser un dividende supplémentaire aux actionnaires. Faurecia, équipementier de Peugeot se retrouve seul. « Les Echos » estime que Sorti du giron de PSA l’équipementier est plus vulnérable à un raid financier ou une OPA hostile. Pour mémoire Faurécia a fermé des dizaines d’usines en France et supprimé des milliers d’emplois.
D’autre part Peugeot annonce qu’il arrête de produire des DS en Chine ou seulement 5575 voitures ont été produites depuis le début de l’année. Le partenaire chinois de Peugeot, Chang’an, va continuer à produire des DS en sous-traitance. Un échec qui ne veut pas être reconnu par Peugeot.
La Poste. Poursuit sa « diversification ». Après avoir demandé aux facteurs de se livrer à diverses activités payantes qui n’ont rien à voir avec la distribution du courrier, elle vient d’en ajouter une autre : le conseil en économie d’énergie au travers de l’achat d’EDE pour une somme non précisée. Les facteurs seront chargés de la promotion d’EDE auprès des usagers.
Profit. La Société Générale annonce un résultat net au 3 eme trimestre de 854 millions (- 34,8% sur 2018) Résultat prévu avec la suppression d’activités bancaires et de 1600 emplois. Ce résultat n’a pas surpris en bourse ou l’action a pris 5%.
LVMH. Vient de passer les 200 Mds d’euros de capitalisation boursière (+ 50% depuis le début de l’année) Elle est la première du CAC 40. Son propriétaire B. Arnault, qui possède un groupe de presse (les Echos, le Parisien, radio Classique) voit sa fortune approcher les 100 Mds, la deuxième du monde derrière B. Gates.
Presse. « l’Echo du centre » journal communiste qui rayonnait sur cinq départements est paru pour la dernière fois le 6 novembre. 44 salariés se retrouvent sans emploi.
Monde.
Allemagne. Une grève des personnels de cabines de la compagnie aérienne Lufthansa les 30 et 31 octobre a entrainé l’annulation de 1900 vols. Cette grève fait suite au refus de la direction de négocier avec un syndicat dont elle conteste la représentativité.
Arabie saoudite. Annonce qu’elle va mettre en bourse entre 3,5 et 5% du capital de la société pétrolière Aramco. La compagnie garanti à ses futurs actionnaires 75 Mds de $ de dividendes par an.
USA. Google achète pour 2,1 Mds une société spécialisée dans l’électronique grand public.
Le fond Berkshire du milliardaire W. Buffett dispose d’une trésorerie de 128 Mds de $ au troisième trimestre contre 122 au deuxième, cela malgré le rachat d’actions pour 2,8 Mds cette année.
Chine. Les trois entreprises de téléphonie mobile lancent le réseau 5G, vingt fois plus rapide que l’ancienne 4G. Ils ont déjà 10 millions de clients en pré-abonnements et en espèrent 110 en 2020 pour un prix de l’abonnement entre 16 et 76 euros. Mieux que toute les mines d’or du monde.
France-Chine. Macron vient d’y séjourner trois jours, en cherchant à se présenter comme un représentant de l’Europe plus qu’en président de la France. Comme d’habitude le patronat était présent. Pour autant peu de contrats d’importance, dont certains comportent des transferts de technologie, ont été conclu et ne résorberont pas le déficit commercial entre la Chine et la France.
F. Godement de l’institut Montaigne dans un commentaire sur les résultats de cette visite en tire la conclusion : Pékin n’a pas fait beaucoup de concessions ce qui ramène à la réalité les déclarations ronflantes de Macron et des médias.
La Chine exporte pour 49,9 Mds d’euros vers la France. Parmi ces exportations 30% sont représentées par du matériel électronique, 20% pour l’habillement, 11% par du matériel électrique.
La France exporte pour 20,8 Mds dont 40% pour l’aéronautique, 17% pour des machines et de l’électronique,11% pour le luxe, agriculture 11%, le reste étant marginal. Le déséquilibre vient en premier de la désindustrialisation en France.
Italie. Une bombe sociale d’après les syndicats se prépare à l’aciérie d’Ilva de Tarente (sud de l’Italie). Reprise par Arcelor Mittal en 2018 sous certaines conditions, celui-ci annonce qu’il se désengage, ces conditions n’étant pas respectées. L’avenir industriel d’Ilva et de ses 10.700 salariés est en cause et les syndicats ont décidé la grève. A l’origine Ilva était une entreprise nationalisée installée dans la région des Pouilles pour y créer de l’emploi. La presse met en cause l’Etat qui n’a pas réalisé les investissements, en particulier écologiques, qui auraient permis la poursuite de l’activité comme entreprise nationale.

Imprimer cet article