frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Un 19 janvier énorme et combatif : la lutte tout de suite jusqu’au retrait Des manifestations records dans toute la France : 2 millions de manifestants !

N° 804 19/01/2023  Enorme succès pour la manifestation du 19 janvier : Rassemblements dans plus de 250 villes. Nombreux manifestants: plus de 400 000 à Paris, le Havre, Angers 35 000 , Nantes 55 000 manifestants, Rouen 25 000, Caen 20 000, Marseille, Toulouse 30 000, Nice, Lille 24 000, 8 000 à Châteauroux, 6 500 à Mulhouse, 15000 à Tours, Valencienne et Calais 6 000, 13.000 à Pau....

Education nationale : 65 à 70 % de grévistes, mobilisation des jeunes (blocage de lycée à Rennes, le Havre, Angers, Paris, etc.)
TotalEnergies, 70 à 100% de grévistes. Les raffineurs de la CGT-Pétrole ont déjà établi un plan de bataille en trois étapes : le 19 janvier 24 heures de grève, idem le 26, et 72h de grève le 6 février, « date à laquelle il sera proposé aux salariés la grève reconductible »
Esso-ExxonMobil, la raffinerie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) enregistre 100 % de grévistes parmi les équipes du matin.
ENERGIE un mouvement reconductible se dessine dans le secteur de l'énergie, où "des baisses de production d'électricité" sont à prévoir,
Pour le nucléaire, baisse de production. La puissance disponible sur le parc nucléaire était tombée à 63 % à midi, contre 72 % prévu par EDF, selon des données EDF analysées par l’AFP.
Transports La grève a été très suivie dans les transports avec quasiment aucun train régional, peu de TGV, un métro tournant au ralenti à Paris et une grande banlieue très peu desservie. Le trafic régional était quasiment arrêté avec 1 TER sur 10 en moyenne et une fréquence à peu près identique pour les lignes Transilien (trains de banlieue parisienne) et certains RER. Le taux de grévistes à la SNCF était de 46,3 %, dont 77,4 % des conducteurs de trains de voyageurs,
Cette journée a été caractérisée par une plus forte participation des jeunes lycéens, étudiants, jeunes travailleurs, un des principaux motifs d’inquiétude pour l’exécutif. Selon les informations de France Inter, la direction du renseignement de la Préfecture de Police de Paris a mis en place un dispositif spécial pour surveiller la mobilisation des jeunes
Fort soutien de la population à la lutte contre la réforme des retraites
68% sont opposés à la réforme des retraites, 75% des 18-24 ans soutiennent la mobilisation. D’après une étude de l’institut Montaigne, 93% des actifs rejettent la réforme de Macron et sont contre le recul de l’âge de la retraite. L'un des points les plus notables du sondage est l'homogénéité du rejet de cette réforme dans l'ensemble des catégories socio-professionnelles, les CSP+ (les professions libérales, les cadres, ingénieurs, chercheurs, etc.), l'ensemble des fonctionnaires de catégorie A sont à 91% contre.
Autre signe du soutien et d’engagement contre cette réforme, la pétition intersyndicale « Retraites : non à cette réforme injuste et brutale » a recueilli plus de 600 000 signatures en moins d’une semaine.
Les membres du gouvernement appelé par B. Le Maire à défendre la réforme des retraites :
Il appelle la majorité à soutenir et expliquer le texte, signe de fébrilité, qui témoigne d’une inquiétude évidente. Mercredi le ministre de la fonction publique, Stanislas Guerini, a envoyé à plus de 2 millions de fonctionnaires une vidéo pour leur vanter les mérites de la réforme des retraites.
La mobilisation de la Fonction Publique à la journée du 19 janvier est la preuve qu’ils ont compris la pilule que leur ministre tente de leur faire avaler : la réforme de la retraite, c’est non.
Contrairement à la campagne du gouvernement, relayer massivement par les médias propriétés des capitalistes(1) , ce qui explique l’opposition des Français à la réforme des retraites ce n’est pas leur ignorance, ou leur incompréhension, 70% des français en connaissent précisément le contenu et c’est bien la raison pour laquelle ils sont vent debout contre, et qu’ils sont prêts à se battre pour faire échouer cette réforme qui ne profite qu’aux capitalistes, qui augmenteront leurs profits.
Le gouvernent veut faire passer la réforme des retraites coûte que coûte
"Ce n'est pas parce qu'une réforme est impopulaire qu'il ne faut pas la faire" et quand on est au pouvoir et qu’on a l’esprit de responsabilité il faut la faire (O. Veran, porte-parole du gouvernement)
Le gouvernement veut aller très vite pour ne pas être confronté à une longue série de luttes qui mettent en danger les profits des entreprises capitalistes. Le gouvernement intégrera la réforme des retraites à la Loi de Financement Rectificatif de la Sécurité Sociale (LFSSR) qui l’autorise à modifier le budget de la sécurité sociale au cours de l’année ce qui est censé lui permettre d’éviter le risque d’un vote négatif tout en accélérant son adoption. L’article 47-1 de la Constitution, stipule que le Parlement doit se prononcer dans un délai global de 50 jours. « Si l'Assemblée nationale ne s'est pas prononcée en première lecture dans le délai de vingt jours après le dépôt d'un projet, le gouvernement saisit le Sénat qui doit statuer dans un délai de quinze jours ». L’utilisation de l’article 47-1 offrirait au gouvernement un temps de débat très limité au Parlement, ce qui a pour effet non seulement d’accélérer le vote de la réforme mais également de juguler les débats au sein des chambres.
Salaires, Retraites : même combat
Les grèves prouvent que les travailleurs se battent pour obtenir des augmentations de salaire qui leurs permettent de vivre dignement alors que l’inflation, l’augmentation des prix de l’énergie, des produits de première nécessité flambent en laissant plus d’une famille dans la précarité et qu’ils n’accepteront pas de mourir avant la retraite.
Dès le début de cette semaine, des manifestations, grèves ont eu lieu liant salaires, conditions de travail, réforme des retraites : mardi, manifestation aux flambeaux sur la Canebière à Marseille pour « faire un tour de chauffe, avant le 19 » ; grève nationale à LCL (filiale du Crédit Agricole), pour les salaire, les conditions de travail, des embauches, avec un taux de grévistes entre 30% et 50% ; Schneider Electric les salariés en grève pour des augmentations de salaires ont voté la poursuite de la lutte pour faire la jonction avec le 19 janvier ; dans l’Education Nationale une semaine d’actions etc. La grève nationale du 19 janvier à l’appel des organisations syndicales unies, a été précédé par une préparation d’ampleur aussi bien dans le privé que dans le public, les grèves à la suite des NAO n’ont pas été un frein été pour la mobilisation du 19, elles ont, au contraire impulsé une plus forte mobilisation.

Seules les luttes massives, combatives, reconductibles enverront aux oubliettes le projet de réforme des retraites tant voulu par le gouvernement Macron. Ce que le Parlement, l’exécutif vote ou impose la rue peut le défaire.

Dans toute l’histoire de notre pays, le gouvernement n’a reculé, concédé des avancées sociales que sous la pression de luttes puissantes, convergentes, déterminées. En 1968, le gouvernement Pompidou et le patronat, avaient été contraints et forcés, par les millions de travailleurs en grève dans les entreprises dans tout le pays, qui avaient fait converger leurs luttes, par des manifestations monstres, d’accorder des revendications, des avancées sociales importantes. Cela montre que seule la lutte de masse unie et solide des travailleurs peut conduire à des résultats tangibles. Ce fut vrai à chaque époque : 1936 -1945- 1968- 1995.
Entre mars et novembre 2010, 14 journées nationales d'action contre un précédent projet de réforme des retraites avaient mobilisé huit millions de personnes au total, 14 journées d’actions, de grèves isolées les unes des autres, Sarkozy a fait passer « sa » réforme des retraites.
La seule réponse : la lutte unie partout. Le gouvernement et le patronat craignent un embrasement dans lequel converge la colère contre la réforme des retraites, la hausse des prix et la crise énergétique, l'exigence d'une revalorisation des salaires au moins indexés sur l’inflation
Pour gagner il faut développer un mouvement de grève large et puissant montrer qui fait marcher la machine qui a le droit légitime d’exiger que les richesses créées par le travail lui reviennent
La lutte économique et sociale de plus en plus forte, partout dans les entreprises, la lutte tous ensemble, convergente des travailleurs, des jeunes, des chômeurs, des retraités, des grèves reconductibles.
La lutte politique, la situation montre encore plus l’urgence et l’exigence d’un véritable changement de politique et de société
C’est à ce combat que le parti Révolutionnaires communistes vous appelle, venez le mener avec lui
Vive la lutte des travailleurs ensemble nous pouvons vaincre

(1) En France, 11 milliardaires possèdent des organes de presse représentant plus de 80 % des tirages quotidiens, 57 % des parts de marché de la télévision et 47 % des parts de marché de la radio

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche