frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Parti Communiste de Turquie : à propos de la question kurde

743-17/11/2021 Un petit segment de la population en Turquie possède d'énormes richesses, tandis que des millions de personnes luttent contre la pauvreté et le chômage.

L'heureuse minorité est constituée des patrons, des grands propriétaires terriens et des riches parasites à rente. Au fur et à mesure que les ouvriers, les ouvriers et les paysans pauvres travaillent, ce segment s'enrichit, accumulant de plus en plus de profits. Il y a des millions de citoyens kurdes parmi les pauvres de ce système injuste d'exploitation en Turquie. Les Kurdes sont pour la plupart pauvres, tout comme les citoyens d'autres origines. Il y a aussi des Kurdes qui exploitent les autres dans ce pays. Les patrons d'usine kurdes, les grands propriétaires terriens, les prêteurs sur gages, les entrepreneurs font partie de la minorité heureuse de la Turquie. Les intérêts des Kurdes qui exploitent et les intérêts des autres exploiteurs ne font qu'un. Ils veulent le maintien de l'ordre injuste, ils recherchent de nouveaux profits et saisissent toutes les opportunités pour devenir encore plus riches. Et les intérêts des Kurdes exploités, pauvres et chômeurs sont les mêmes que ceux des autres pauvres et chômeurs : cet ordre, qui est la source et la cause des inégalités, doit changer. La question kurde ne peut être correctement discutée qu'à la lumière de ce fait et le chemin vers la solution peut être compris sur cette base. Le principal problème en Turquie est l'existence des patrons d'un côté et des ouvriers de l'autre ; la classe capitaliste d'un côté, les ouvriers de l'autre ; les riches d'un côté et les pauvres de l'autre. C'est aussi le principal problème du monde. Au cœur de toutes sortes de tyrannies, d'injustices, de coups d'État, de guerres, de corruption et de destruction de l'environnement, il y a le capital, qui ne voit que faire plus de profit. La question kurde doit être analysée dans une perspective de classe. L'affirmation selon laquelle les Kurdes exploiteurs et les Kurdes exploités ont un intérêt commun est un gros mensonge. Ceux qui ont un intérêt commun sont les travailleurs, les chômeurs et les pauvres de toutes origines. La question kurde est une question d'égalité. La question kurde est aussi une question de liberté. Il n'y a aucune légitimité à une conception qui ignore la langue, l'identité et même l'existence des Kurdes, ou leur impose leur disparition, leur dissolution et leur soumission à une autre identité. La thèse qu'une nation, un peuple est supérieur à un autre et qu'il mérite certains privilèges, est un mensonge entretenu pour lever le voile sur les inégalités dans le monde, pour faire haïr et même étrangler les pauvres au profit des capitalistes . Le nationalisme, qui a joué un rôle progressiste et libérateur dans les périodes passées de l'histoire humaine, a longtemps été une arme aux mains des exploiteurs dans leur ensemble et sans exception. L'un des nationalismes kurde ou turc ne peut être préféré à l'autre. Il ne reste plus une seule région au monde où une nation puisse être libérée dans son ensemble sans faire la distinction entre l'exploiteur et l'exploité. C'est vrai que ce soit en Catalogne, en Palestine, en Corse, en Irlande ou en Turquie. Le nationalisme donne lieu à plus de nationalisme. Par exemple, le nationalisme grec et le nationalisme turc se nourrissent l'un l'autre. Un fait similaire s'applique au nationalisme turc et kurde. Cependant, bien qu'ils parlent des langues différentes et aient des origines différentes, les intérêts de tous les opprimés sont communs. Par exemple, lorsqu'un pauvre palestinien et un ouvrier juif travaillant dans une usine en Israël unissent leurs forces, le règne de l'impérialisme, du sionisme et des dirigeants palestiniens hypocrites qui profitent du « problème palestinien » commence à trembler. La question kurde ne peut pas être résolue dans un ordre où les Kurdes exploiteurs se rangent du côté des autres exploiteurs ou négocient pour augmenter leur part. Les dirigeants en Turquie ont besoin de l'existence des problèmes qui divisent la population afin que les travailleurs ne luttent pas ensemble. L'inimitié des opprimés les uns contre les autres pour le maintien de cet ordre a malheureusement toujours fonctionné jusqu'à présent. La discrimination qui se développe sur les langues, les identités et les atouts des Kurdes non seulement divise les travailleurs et les ouvriers, mais garantit également que les Kurdes confrontés à l'oppression restent également une main-d'œuvre moins chère. Un processus similaire est actuellement en cours pour les travailleurs migrants. L'hostilité envers les immigrés profite principalement aux employeurs qui embauchent des travailleurs immigrés qui ont peur de revendiquer leurs droits et sont presque réduits en esclavage. Le fait que la question kurde soit enfermée dans des débats identitaires a aussi le plus profité aux patrons, et de plus, le cadrage de la question kurde dans ce contexte s'est transformé en une formidable opportunité pour les exploiteurs d'origine kurde. Les patrons kurdes ont réussi à s'enrichir de la « question kurde ». Cependant, pour des millions de Kurdes, la vie d'aujourd'hui ne signifie rien d'autre que la pauvreté et le chômage. Ça ne peut pas continuer comme ça. Il n'y a pas de liberté s'il n'y a pas de pain. L'interlocuteur dans la question kurde est l'ensemble des travailleurs vivant en Turquie, le public. Il n'y a pas de problème que nos travailleurs de tous horizons ne puissent résoudre avec une volonté commune et une lutte commune. L'affirmation selon laquelle le problème kurde peut être résolu en s'asseyant avec les propriétaires d'un ordre exploiteur n'a aucune portée. Il n'y a aucun avantage pour le peuple kurde de ceux qui sont hostiles au travail, à la science, à l'art, aux femmes, à la République et à l'environnement. La ligne à tracer n'est pas entre les Turcs et les Kurdes mais entre les exploiteurs et les exploités. Le peuple peut s'unir sur cette base. L'ennemi commun est l'impérialisme, les monopoles internationaux, les monopoles « nationaux » et les patrons. La mentalité qui ignore le peuple kurde, l'oblige à nier sa propre existence et l'opprime a une grande responsabilité dans le fait que certains Kurdes de ce pays en sont venus à s'appuyer sur les grandes puissances internationales. C'est aussi une honte pour nous tous que nous n'ayons pas pu nous élever fermement contre cette mentalité et cet ordre injuste dans son ensemble. Le moyen de corriger cette honte est de se dresser ensemble contre les exploiteurs pour nos intérêts communs. Nous ne sommes pas dans le même bateau. L'impérialisme est du côté opposé. La classe capitalistee est du côté opposé. Les cheikhs et réactionnaires de toutes sortes sont du côté opposé. La Turquie assurera la fraternité, l'unité, l'égalité et la liberté en battant la partie adverse. Il n'y aura pas de problème kurde dans la Turquie socialiste, avec leurs énergies créatrices, les Kurdes et les travailleurs de toutes origines établiront tous ensemble un ordre social dans lequel personne n'exploite personne.

Le Parti Communiste de Turquie Comité central 9.10.2021

Imprimer cet article